Comportement alimentaire

Connaissez-vous le régime « jeûner pour maigrir » ? En savoir plus sur la dernière tendance

Il existe une théorie selon laquelle manger toutes les 3 heures est le secret pour une alimentation saine et équilibrée. On s’oblige à manger, même sans avoir faim! Maintenant, avec le boom du « jeûner pour maigrir », l’idée est tout le contraire : passer des heures et des heures sans manger. Du coup, un doute s’installe dans la tête des gens : après tout, peut-on manger ou pas ?

Vanté comme le moyen d’obtenir une perte de poids rapide, ce régime est devenu polémique parmi les spécialistes et est maintenant à la mode parmi les célébrités, suscitant la curiosité des « gens ordinaires ».

Jeûner pour maigrir : comment ça marche ?

Jeûner pour maigrir : comme son nom l’indique, ce régime consiste en une privation totale de nourriture pendant une certaine période, allant de 12 à 23 heures ; ou bien jeûner quelques jours durant la semaine.

Jusqu’à aujourd’hui, la plupart des expériences scientifiques dans ce domaine ont été réalisées sur des souris. Ces tests de laboratoire montrent un certain bienfait pour la santé, mais je n’ai vu aucune preuve de perte de poids durable. Pour l’instant, ce que je peux affirmer c’est que jeûner pour maigrir n’est pas une attitude responsable.

Le peu d’études réalisées avec des êtres humains ont été effectuées dans des environnements extrêmement contrôlés, ce qui n’est pas le cas de notre réalité au jour le jour.

Chaque organisme a son propre métabolisme, ce qui signifie que chaque personne réagit de manière différente à une privation alimentaire. C’est pour cette raison qu’il n’y a pas moyen de dire, sans un examen plus approfondi, que jeûner pour maigrir soit la nouvelle solution contre le surpoids. Regardons de plus près cette nouvelle mode alimentaire.

Faut-il jeûner pour maigrir ? Le secret n’est pas dans la restriction/régime, mais chercher à mieux manger. Découvrez l’effet Sophie!

Jeûner pour maigrir : Avantages et inconvénients

La plupart des études liées à la question de jeûner pour maigrir, menées sur des rongeurs, ont démontré des bénéfices tels qu’une réduction des risques de maladies cardiovasculaires, ainsi qu’une amélioration des niveaux de diabète, cholestérol, inflammations chroniques et maladies auto-immunes.

Mais je le répète : ces tests sont encore limités aux souris ou aux humains dans des conditions très très spécifiques. Les rongeurs sont maintenus dans des cages, dans des environnements contrôlés et, surtout, sans aucun accès libre à la nourriture !

C’est l’opposé de notre vie quotidienne, où nous sommes sans cesse entourés de nourriture : réunions au travail, événements sociaux et dans les différents commerces. De nos jours, il est même possible de trouver de la nourriture dans les stations-service et les pharmacies !

En outre, il faut être conscient que notre organisme a besoin d’énergie pour fonctionner. La privation de nourriture vient interférer dans notre mémoire, notre niveau de concentration et d’attention.

Cela peut nous mettre en danger ; on pourrait commettre des erreurs au travail, dans la rue, dans la circulation… est-ce qu’il vaut vraiment la peine de s’exposer à de tels dangers au nom d’une perte de poids présumée, qui n’a même pas été validée par la science ?

Sans compter que, en ayant faim, on devient plus irrité, de mauvaise humeur, plus susceptibles de dire des choses sans réfléchir, ou de se disputer avec les gens qu’on aime. Et c’est justement là que je veux en venir : les effets sur le comportement des régimes restrictifs comme, par exemple, « jeûner pour maigrir ».

Voir aussi :

La restriction provoque la compulsion

Comme tout régime alimentaire restrictif, le fait de jeûner pour maigrir peut augmenter l’appétit et nous amener à ressentir une préoccupation excessive avec la nourriture, à moins d’autocontrôle au moment de manger et à une augmentation du risque de développement de troubles du comportement alimentaire.

La plupart de ceux qui suivent des régimes alimentaires restrictifs peuvent finir par exagérer ou même manger de manière compulsive, un trouble du comportement alimentaire. En effet, se priver de manger est la meilleure manière de développer un comportement alimentaire compulsif.

Au cours d’une privation très rigide de nourriture, le corps se sent agressé et tente de puiser dans ses réserves de nutriments ce qui lui manque pour survivre. De cette façon,  la personne maigrit mais perd à la fois du muscle et de la graisse. Ainsi, jeûner pour maigrir n’est pas la meilleure manière de perdre du poids !

En résumé, le corps ressent les régimes restrictifs, tels que « jeûner pour maigrir », de la même façon qu’une période de famine. C’est pour cette raison que ces régimes alimentaires ne sont pas durables. Comme le démontrent de nombreuses études, ceux qui suivent des régimes drastiques finissent par abandonner, changeant ainsi leur relation avec la nourriture et devenant encore plus susceptibles aux reprises de poids et à l’effet yo-yo.

J’étudie depuis de nombreuses années les troubles du comportement alimentaire et je ne recommande pas ce type de régime. Comme tout ce qui touche à la nutrition, il n’y a pas de solution identique pour tout le monde. Méfiez-vous de la « pseudoscience » qui est souvent relayée par les médias.

Respectez votre biotype, votre faim, vos envies et faites seulement le jeûne des informations douteuses que vous entendez au sujet des régimes dits « miracles ».

Faut-il jeûner pour maigrir? Découvrez l’Effet Sophie, une méthode qui vise à transformer votre relation avec la nourriture et à écouter à nouveau les signaux de votre corps. Ce sont six semaines de modules avec des vidéos et des documents qui expliquent les habitudes alimentaires et comment retrouver le plaisir de manger.

4 Commentaires. En écrire un nouveau

  • Bonjour Sophie,
    Je ne me retrouve pas du tout non plus dans votre article. Je pratique le fasting (16/8) depuis plusieurs semaines maintenant, jamais je n’aurai pu penser que c’est ce qui convient le mieux ! Je saute désormais le petit déjeuner (alors que c’était mon repas préféré!).
    Ce n’est d’ailleurs pas un « régime » mais un mode vie. J’ai beaucoup moins de pics de faim etc en jeunant qu’en prenant un petit déjeuner (pourtant sain…), j’ai plus d’énergie, je me sens mieux et arrivée au déjeuner, je n’ai même pas si faim que ça contrairement à avant…
    Des études ont été faites sur des humains mais en très petit nombre certes. Bon nombre de personnes ont perdu le poids qu’ils n’arrivaient plus à perdre avec ce mode de vie. Il suffit de choisir le jeûne qui nous correspond le mieux.
    J’ai trouvé le mien personnellement.

    Répondre
  • Bonjour Sophie,
    Pour pratiquer le jeûne intermittent (16/8) cinq jours par semaine, je ne me retrouve pas dans vos critiques et les faits que vous exposez. Je comprends que vous « prêchiez pour votre paroisse » ! cependant « jeûner pour maigrir » c’est déjà partir avec un a priori. La majorité des personnes qui jeûnent ne le font pas pour maigrir, et celles qui le font dans ce but se fourvoient. On le sait très bien, le corps privé va maigrir avant de reprendre les kilos éliminés.
    Le jeûne intermittent me permet de retrouver les vraies sensations de faim : avant de débuter, je me disais que jamais je ne tiendrais à jeun jusqu’à midi (après avoir fini de dîner vers 20h00 la veille), que j’aurais trop faim, la tête qui tourne etc.
    Sans mentir, ça a été un peu dur les 2-3 premiers jours. Le fait de boire (infusions, maté) dans la matinée m’aide mais ce que je prenais pour de la faim (l’estomac qui gronde) n’en est pas et quand arrive l’heure du déjeuner (dé-jeûner, pas de hasard), j’ai vraiment faim et je casse le jeûne avec un repas que j’apprécie vraiment (sans manger en pilotage automatique!) et que j’essaie de constituer en majorité de légumes et de fruits (parfois difficile quand on mange en collectivité). La matinée se déroule désormais « normalement », je n’ai plus le ventre qui gargouille et j’ai l’impression d’avoir les sens et mes capacités intellectuelles plus affutés. Ne vous en déplaise…
    Bien à vous.

    Répondre
  • Bonjour, je vois que vous êtes pey renseigné: le jeûne thérapeutique existe bel et bien et fait partie de l’arsenal médical officiel, notamment en Russie. L’on y soigne des problèmes de peau chroniques, et même certaines maladies mentales. Car après 3 à 4 jour de jeûne hydrique, les cellules lancent un processus de nettoyage en profondeur, tout à fait naturel et salutaire pour la santé. Bien entendu, il ne s’agit pas de dépasser deux voir trois semaines puisqu’après celà les dangers apparaissent. Je l’ai pratiqué à de multiples reprises, pour de courtes périodes allant de 4 à 10 jours. Je n’ai pas de lien sous la mains, mais les études existent et le processus biologique parfaitement bien documenté. Bonne journée et bonne santé à vous!

    Répondre
    • Merci pour votre commentaire Georgiev. Je ne peux pas répondre sur les possibles bénéfices que vous citez. Je parle d’adopter le jeûne pour maigrir.
      C’est une question polémique car, malgré le fait qu’il existe beaucoup d’adeptes, je suis contre l’adoption de cette pratique.
      Il est un fait que certains disent avoir ressenti des améliorations de leur santé. Cependant, ma position est basée sur la science actuelle – qui ne dispose pas encore de données suffisantes pour affirmer la sécurité et les avantages de la JI – et je maintiens donc ma position.
      Je ne suis pas seule. L’Association Française des Diététiciens Nutritionnistes (AFDN) s’est positionnée dans le même sens dès 2017.
      En tant que diététicienne nutritionniste, j’ai pu remarquer que les bienfaits rapportés par ceux qui pratiquent la JI viennent de l’amélioration de leur routine et de l’autorisation qu’ils se donnent de manger de tout. C’est exactement ce que je conseille à mes patients : mettre l’accent sur la routine alimentaire et améliorer la relation avec la nourriture. Il n’y a pas besoin de pratiquer le JI pour cela.
      En outre, je vois régulièrement dans mon cabinet des patients qui pratiquent le JI en combinaison avec des régimes faibles en glucides (low carb). Sachez qu’il s’agit d’un puissant détonateur de troubles du comportement alimentaire. Mon orientation est: faites la paix avec la nourriture et avec votre corps! C’est le moyen le plus durable et le plus sain d’atteindre son poids santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse e-mail valide.
Vous devez accepter les conditions pour continuer

Comportement alimentaire

Articles Liés