Bien-être

La journée mondiale de l’alimentation est l’occasion de repenser sa relation à l’alimentation !

L’alimentation est si importante dans notre vie qu’une journée spéciale lui est consacrée. Le 16 octobre, c’est la journée mondiale de l’alimentation. L’objectif est de faire prendre conscience de l’importance des aliments et attirer l’attention sur tous les aspects qui y sont liés : l’environnement, l’agriculture, la nutrition, la sécurité alimentaire, etc…

Maigrissez de façon durable. Connaissez le programme qui vous enseigne à faire la paix avec l’alimentation !

La journée mondiale de l’alimentation marque la fondation de la FAO (l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture) et plus de 150 pays réalisent des actions et événements pour commémorer cette date.

En tant que diététicienne-nutritionniste, je vais me focaliser sur l’acte de s’alimenter en soi, et sur notre comportement face à la nourriture. Bon, en premier lieu, il est bien de le redire : les aliments sont à la base de notre santé.

« Que ton alimentation soit ton médicament et que ton médicament soit dans ton alimentation ». Vous avez déjà entendu cette phrase ? Elle est attribuée à Hippocrate, le père de la médecine, et montre l’importance de l’alimentation pour notre santé.

J’aime beaucoup cette idée et je crois réellement que les choix que nous faisons à table sont primordiaux pour maintenir un corps sain. Ceux qui connaissent mon travail savent aussi que je suis une défenseuse de la nourriture fraîche et pas ou peu transformée, des aliments que l’on trouve dans la nature.

Je pourrais écrire beaucoup sur le sujet, mais j’aimerais faire un discours différent pour parler de la journée mondiale de l’alimentation et aborder la modération. Il est vrai que les aliments peuvent être vus comme un facteur important pour notre santé, presque comme un « remède », mais j’aimerais aider certaines personnes à se détacher d’un certain radicalisme.

D’un point de vue nutritionnel, je dis toujours qu’il est intéressant de privilégier les fruits, les légumes et les céréales. Parce que plus on ajoute ces éléments dans notre alimentation, moins il reste de place pour les aliments ultra-transformés.

Mais j’aime rappeler que les produits industriels sont également des aliments ! Je n’approuve pas la diabolisation qu’on en fait souvent, car cela crée encore plus de confusion – les personnes se préoccupant davantage de ce qu’elles vont manger, et avec davantage de culpabilité.

Donc si nous devons parler de la journée mondiale de l’alimentation, nous devons aussi penser à tout ce qui est consommable. Et que tout ceci est le fruit de l’avancée de l’industrie alimentaire pour faciliter nos vies.

Tout le monde n’a pas la possibilité de consommer des aliments frais tous les jours, à tous les repas. C’est pratiquement impossible avec la vie agitée que nous menons. Alors que nous pouvons manger de tout avec modération.

Le même discours s’applique aux produits bio. C’est évident que pouvoir manger des aliments bio sans pesticides est une bénédiction ! Malheureusement, on utilise encore beaucoup trop de ces produits en France et en Europe.

Mais ce n’est pas parce que vous n’arrivez pas à acheter une laitue bio qu’il faut arrêter de manger de la laitue. C’est mieux de manger de la laitue achetée au marché, même si elle n’est pas bio, que de ne manger aucune laitue. Vous ne croyez pas ?

Le secret n’est pas dans la restriction et les régimes, mais chercher à manger mieux. Connaissez l’effet Sophie !

Journée mondiale de l’alimentation, manger de tout mais pas tout !

C’est une des phrases que j’aime le plus ! C’est parce que je suis pour l’équilibre et j’aimerais que les personnes réussissent à manger de tout sans culpabiliser et avec plaisir.

C’est pour cette raison que je tente de mettre fin à la tyrannie qui s’empare des discours sur l’alimentation. Avec ce besoin de manger « tout correctement » ou “propre”, beaucoup de gens se mettent à manger mécaniquement. Et c’est bien triste !

Plus la préoccupation sur ce qui est « bon pour la santé » et ce qui est « mauvais » est élevée,  plus la paranoïa de manger parfaitement augmente. Et plus nous nous privons de certains aliments en pensant qu’ils nous font du mal, ou qu’ils font grossir, plus nous courons le risque d’entrer dans le cycle vicieux des régimes qui portent préjudice non seulement à notre corps, mais aussi à notre esprit.

Les privations augmentent aussi les risques de devenir compulsif : quand vous vous autorisez à manger ce que vous aimez, vous gérez votre relation avec ces aliments avec plus de naturel et vous évitez les excès.

Je vais vous faire une proposition : essayons de voir la journée mondiale de l’alimentation comme une chance pour repenser notre relation avec l’alimentation et la considérer comme quelque chose de positif dans notre vie.

Essayez de donner la juste valeur aux choix que vous faites, mais sans exagération. Si vous mangez plus d’aliments frais et peut transformés et que vous diminuez les ultra-transformés, votre palais va également changer et peu à peu vous commencerez à préférer les choses naturelles, avec moins d’additifs chimiques.

Essayez aussi de prendre vos repas dans le calme et avec en pleine conscience. Si vous suivez ce conseil, il ne restera plus d’espace pour la culpabilité, ni pour la préoccupation. Simplement un plaisir sain !

Bon appétit !

Lisez également :

Découvrez l’Effet Sophie, une méthode qui vise à transformer votre relation avec la nourriture et à écouter les signaux de votre corps. Ce sont six semaines de modules avec des vidéos et des documents qui expliquent les habitudes alimentaires et comment retrouver le plaisir de manger. En savoir plus !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse e-mail valide.
Vous devez accepter les conditions pour continuer

Bien-être

Articles Liés

Menu